TEAM PASSION TRUITE & MER : site officiel du club de pêche de MONTBERON - clubeo

Un jour une rivière : L'Arbas par Eric du Team

27 janvier 2017 - 15:19

 Partie basse du coté de Mane 

L'Arbas est une rivière de 18 km qui prend sa source à 1 200 m d'altitude à l'Est du massif de. C'est un ruisseau torrentueux, grossi par le ruisseau de Planque et celui de Fougaron au niveau du village d’Arbas. Sur sa partie haute il s'appelle aussi  le Goutè d'Escouen et le ruisseau de Baderque, puis l'Escalette dans le bois de Campas. Il rejoint le Salat à Mane. Comment parler de l'Arbas, sans avoir une pensée pour la célèbre Manoise de François Ducos, qui connaît très bien cette rivière. 

 Partie Basse encore

Pour moi l'Arbas c'est la rivière de mon enfance, je me rappelle encore aujourd'hui, de ce pré verdoyant du côté de Castelbiague, ce jour là, mon père m'a mis sa canne dans mes mains pour la première fois, j'avais 8 ans, et depuis, je n'ai jamais laisser une canne, j'ai fait des croix sur d'autres passions mais pas sur celle là.

 Truite en direct sur la partie basse

Cette rivière m'a permit de faire mes armes, de comprendre et aimer la pêche à la truite. Elle m'a tant donné, avec le recul, je me dit que je lui ai peut-être trop pris, oui car dans ma jeunesse le No-Kill, n'était pas vraiment ma priorité, certes je ne conservais pas tout mais surement trop.

Certains trouve cette rivière quelconque, c'est vrai ce n'est pas la plus belle de nos Pyrénées, il faut accepter, ces passages de calmes, plat, plus propices aux poissons blanc qu'aux truites, mais globalement son parcours est intéressant avec quelques trous d'eau qui abritent encore de magnifiques farios. Au fil des années, j'ai vu cette rivière qui a tant de place dans mon coeur de passionné, se liquéfier, sur le plan halieutique. La faute à qui ? A Quoi ? je ne sais pas à l'homme surement. 

Le début de mon parcours chargé de souvenirs 

Et dire que je n'ai qu'à fermer les yeux, pour revoir mes plus belles sorties sur ce cour d'eau, avec mon pot Pascal, je vous parle d'un temps que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaître, en ce temps là, nous étions comme des enfants à l'idée de nous retrouver sur cette rivière. Chacune de nos sorties étaient une vrai réussite, nous touchions, 20, 30 truites en trois heures, sur un parcours de 600 m, chacune d'elles avaient de formidables couleurs, le noir était dominant, remarquablement mis en valeurs par la forte accentuation du orange pour ses points, sans oublier leurs ventres jaunâtre.

Combien de truites impossibles à sortir au pied de la scierie, elles nous faisait monté l'adrénaline, nous étions heureux. Que de regret qu'à cette époque, les premiers mobiles, vous savez c'est cabine téléphonique portable, n'étaient pas équipés d'appareils photos. Je n'ai donc pas de souvenirs visibles, mais les photos de ma mémoires ne seront jamais effacé. Et Il y a toujours cette veille grange, qui abritait nos grillades, notre rituel, avec Pascal, c'était Magret grillé, avant de se dirigé l'après-midi sur un parcours magnifiques entres Castelbiagues et Arbas, un endroit qui étaient peuplés de grosses truites, nous prenions un malin plaisir à pêcher très fin, juste pour le plaisir du combat, et bien souvent la belle moucheté gagner. 

Je retourne souvent sur cette rivière même si je sais que les truites que je vais rencontrer n'auront rien à voir avec celles que je pêchais avant mais qu'importe quand on aime, on ne regarde pas trop, l'année passée avec José Et Ber, nous avons rendu visite à mon parcours du haut, car une petite voix est venu me murmurer que quelques unes des truites qui m'ont tant fait rêver était de retour. La grange était toujours là, elle nous a permit de faire notre grillade, et la rivière aussi était là, mais son niveau d'eau était relativement bas, tout de même José touchera cette truite légendaire, et en décrochera une autre, oui on dirait bien qu'elles sont revenus, elles ne sont pas grosses mais elles sont là, moi j'aurai juste la chance d'en retourner une mais qu'importe vivement 2017, pour vérifier vraiment ce retour. Si vous trouvez ce parcours, de grâce soyez prudent quand vous les remettez à l'eau, elles savaient trop longtemps disparu, et si vous souhaitez conservé alors je vous conseille le parcours de Mane, des lâchers réguliers permettent de conserver le poisson mais sur le haut, nous devons veillez à la reconstruction halieutique de la rivière. 

Pour finir, un souvenir, avec mon pot Pascal, un vendredi après-midi, nous partons après le boulot, arrivé sur place, nous prenons un déluge sur la tête, qui nous oblige à rester dans la voiture une bonne heure. Il est 16 h 00, la pluie c'est calmé, il nous reste 3 h de pêche, la pluie à rendu l' Arbas Marron, qu'importe, nos vers font le reste, chaque suivi était une agression, à tel point que nous avons du avoir une dizaine de toc ou le bout de notre canne se torda, un vrai bonheur, et des truites de partout. Ah si jamais, je pouvais connaître de nouveau une telle journée sur cette rivière.

 

Commentaires

Alex Remiot 27 janvier 2017 17:54

ces jolies rivieres de notre enfance qui nous ont rendu passioné et surement un peu ...nostalgique du bon vieux temps , tres joli recit merci eric

Staff
Philippe  Durrieu
Philippe Durrieu 27 janvier 2017 16:06

Superbement résumé

Aucun événement sportif

Contribuez au site de votre club !

 Devenir membre