TEAM PASSION TRUITE & MER : site officiel du club de pêche de MONTBERON - clubeo

La Corse un Paradis Halieutique en danger après les crues, un entretien avec Antoine ACQUAVIVA Président de l'APPMA A Niulinca et Maurice LUCIANI vice président

29 mars 2017 - 15:00

Après les trois crues subie par la Corse en deux ans, nous avons voulu faire un point avec deux acteurs de la pêche à la truite sur l'île de Beauté et leurs réponses à nos questions, nous emmène à penser que ce Paradis pour tout les passionnés de la belle moucheté est aujourd'hui en grand danger si rien n'est fait et si une prise de conscience générale n'a pas lieu.

 

Quelques jours après l'ouverture le Team Passion Truite & Mer a souhaité s'enquérir de la santé des rivières Corses, surtout après le reportage diffusé sur France 3 Corses. Etant membre de l'AAPPMA A Niulinca sur l'île de Beauté, nous avons demandé à notre Président et vice président de nous éclairé sur la situation. 

Bonjour Antoine et Maurice, merci de nous accorder un peu de votre temps pour faire le point sur la situation en Corse, le Team souhaite avoir des nouvelles de vos rivières que l'on aime tant. 

Tout d'abord qu'elle est la situation à ce jour;

Antoine : 

La dernière crue est catastrophique, même si la première était plus conséquente, la seconde est vraiment la plus meurtrière pour nos rivières car la fraie avait commencer et là tout à était laver, bien entendu, nous ne pouvons affirmer qu'il n'y ai pas eu de ponte après mais nous sommes tout de même fort inquiet. C'est l'ensemble de la Corse qui a subi ce phénomène, aucune rivière n'a été épargné. Aujourd'hui il est difficile de faire constat mais les premiers échos ne sont pas bon. Les pêcheurs se plaignent de ne pas attraper de truites.

Y a t'il des rivières qui ont été épargné ?

Antoine :

Tous ce qui est grosses rivières partie médiane et basse à subi d'important dégât, surtout sur les parties basses ou tout les affluents qui arrivent. Il y a également à prendre en compte toute l'eau qui descend des terrains qui charge les rivières sur les parties basses.

Maurice : 

Ce qui est sûr, c'est que les rivières ont beaucoup souffert et le poisson avec elles. On compte des zones ou trouver une truite relève de l'exploit.

 Avant d'évoquer la situation dans le Niolo, quand est il des autres secteurs sur le Golo et le Tavignano

Maurice :

Sur le Tavignano, en dessous de Corte tout a été dévasté, je n'ai pas d'information précise sur l'impact halieutique mais je ne suis vraiment pas optimiste. Pour le Golo, le secteur de Ponte Leccia, et en descendant est particulièrement touché.

Antoine :

Sur le Tavignano, la partie haute au dessus de Corte, à subi la crue mais en moindre proportion que le bas, maintenant il faut attendre un peu pour connaître l'impact sur la population de truite.

Pour la vallée du Niolo quand est il ? 

Antoine :

J'ai tendance à dire qu'en haut de bassin est sur les petites rivières à caractère torrentiel, nous avons été protégé, les barrages ont fait un peu tampon mais il va falloir le vérifier. Nous avons quand même eu une grosse crue sur le Golo, pas comparable au bas car nous avons moins d'affluent mais nous avons du avoir de la perte. Aucune crue n'a fait, zéro dégât, mais il y a toujours eu des truites après. Maintenant ou je suis un peu inquiet, c'est le fait que nous avons eu trois crue en deux ans dont deux en deux mois et la truite n'a pas la même régénération pour résister même si ce n'est pas un gardon, une truite est faite pour s'en sortir même si il il y a des pertes, mais pas forcément avec deux crues aussi rapprochée. Après l'ouverture, ne nous a pas vraiment rendu optimiste, aucune touche sur le parcours de Maurice, c'est inquiétant, mais on se raccroche à l'espoir que les pêcheurs habitués à faire des grosses ouvertures sur les petits ruisseaux, non pas eu du tout la même réussite que les autres années, donc sur le Golo, c'est peut-être la fonte, le vent qui a fait que. Je crois qu'on doit attendre un peu. 

Maurice :

Moi je suis fort inquiet car en trois sorties en ayant visiter quelques kilomètre de rivière je n'ai fait qu'une seule truite de 18 cm et vue une autre de 15. Aujourd'hui je me fais du souci.

A votre niveau avez-vous envisagé des solutions ?

Maurice :

Pour ce qui concerne notre AAPPMA, nous allons proposer un plan à la Fédé qui s'est dite prête à nous accompagner.  Donc nous souhaitons d'abord faire un inventaire, plus précis de la situation et de ce fait nous avons demander aux plongeurs de Corses Images Sous Marine, ne nous aider à faire un recensement de la population de truites sur certains secteurs connu pour leur abondance avant les crues. Après cela, nous allons plutôt nous orienter vers des ruisseaux pépinières qui en plus seront moins enclin à subir les crues. Quand à la façon dont  nous allons le pourvoir au départ en truites, ils existent plusieurs solutions mais nous devons étudié celle qui est la plus adapté. 

Antoine :  

Pour rebondir sur les propos de Maurice,  nous n'avons jamais aleviné en souche atlantique, ou il y a fort longtemps, ce qui a pu à l'époque provoquer une hybridation, après sur la partie basse, il est possible d'envisager la création d'un parcours touristique ou la souche atlantique peut être lâcher. Après sur d'autres rivières, sur des secteurs totalement désert la solution sera peut-être d'aleviner avec cette souche. 

N'y a t'il pas urgence à changer les mentalités ?

Maurice :

Le temps est venu de penser à oublier un peu nos égos, et surtout à aider la rivière et nos truites après de telles catastrophes. Il faut prendre conscience que nous avons notre responsabilité qui est engagé dans le futur de la pêche à la truite en Corse, si demain nous voulons retrouver nos rivières, c'est aujourd'hui que nous devons les protégés et les aider à se reconstruire.

 Antoine : 

On va s'entendre dire des poissons on en a toujours pêcher au filet, y en toujours eu il y en aura toujours, oui mais là on constate qu'il n'y en a plus alors qu'est ce qu'on fait. Si on ne prend pas conscience aujourd'hui que c'est le moment de protéger nos rivières, demain nous n'aurons plus rien. Tout d'abord, nous devons discuté avec la fédération sur la maille des truites et le quotas, car sur le Golo, je pense que la maille à 18 cm et 23 sur le barrage de calacuccia, c'est pas assez, il faudrait une maille à 23 cm sur les grandes rivières hormis sur les têtes de bassins car la truite n'a pas la même croissance et personnellement je mettrai une maille à 45 sur le lac. Moi je pense que 10 truites par jour et à 18 cm c'est trop et trop petit, mais ici pour la majorité des pêcheurs, je suis un extraterrestre, il vont pas pêcher pour 10 truites et ils vous disent que les petites sont les meilleures. Nous allons demander auprès de la Fédération qu'elle mène une étude sur la croissance des truites dans le lac et sur le Golo au bas du barrage.

 Maurice : 

Il faut que les pêcheurs prennent conscience que si par bonheur sur un linéaire de 500 m de rivière il reste 6 truites et quand une matinée, il en prélève 3, ils ont supprimé la moitié du cheptel, et 50 % de chance en moins sur la reproduction. Moi cette année je ne prélèverai aucune truite, même si je n'en garde d'habitude que 6 par an. 

Il y a un autre fléau bien connu de tous en Corse c'est le braconnage, qui a toujours exister, mais là la fédération compte t'elle prendre les choses en main pour protéger les rivières désormais en danger.

Antoine : 

C'est une habitude, des poissons il y en a toujours eu, et aujourd'hui, je ne peux pas parler à la place de la Fédération, elle a lancé une formation de garde bénévoles car une chose est sure nous n'avons pas assez de garde ne serait ce pour surveiller le Niolo, alors imagine pour l'ensemble de l'île.

Au niveau de l'aappma A Niulinca, avez-vous pensé à mettre d'autres solutions en place.

Antoine : 

On souhaite organiser des journées pédagogiques pour les enfants, par petit groupe sur la rivière avec un pêcheur, pour leur apprendre le milieu et la protection de la rivière et de la truite, sans être non plus des intégristes du no-kill, mais faire comprendre qu'on a un poisson c'est bien et qu'on peut relâcher le suivant tout en leur montrant les bonnes pratiques pour remettre la truite à l'eau. Nous espérons ainsi que la future génération de pêcheurs sera plus protectrice. 

Nous vous remercions d'avoir répondu à nos questions et nous reviendrons vers vous, une fois que nos amis de Corse Images Sous Marine auront fait cette plongée qui en dira plus sur la situation. Une chose est sure c'est un grand et beau projet que l'AAPPMA  A NIULINCA souhaite mettre en place et on les félicites en espérant que cela se concrétise

Commentaires

Aucun événement sportif

Contribuez au site de votre club !

 Devenir membre