TEAM PASSION TRUITE & MER : site officiel du club de pêche de MONTBERON - clubeo

Quand un Tocqueur partage son parcours avec deux moucheurs

5 juillet 2017 - 20:36

Pascal qui remet ici une truite dans son milieu

Il y a quelques temps déjà, j'avais publier un article sur l'opposition entre les pratiquants de la pêche à la mouche et de la pêche aux appâts naturels, j'avais insister que les deux techniques devraient se rapprocher plutôt que se déchirer, un par la force des choses j'ai eu la chance de partager des parcours de pêche avec deux vrai moucheurs qui ne pratique que cette technique, lors du tournage en corse du DVD au profit d'un sourire pour Déborah. 

Un tocqueur est une moucheuse en l'occurrence Peggy sur une même photo cela peut paraître fou mais non c'est possible

Il est vrai que j'ai déjà eu cette expérience avec mes jeunes du team qui pratique un peu la mouche et avec mon cousin qui lui est un moucheur confirmé mais là c'était différent, une vrai première pour mes amis Pascal et Peggy de partager l'eau avec un tocqueur. Vous me direz que c'est plus facile quand on est ami mais je vous répondrai que c'est tout simplement plus facile quand on partage la même vision de notre passion, car que vous le vouliez ou non, nous sommes beaucoup à avoir la même passion mais pas la même technique.

Pascal et Peggy chacun d'un côté et moi au milieu en retrait 

Nous avons donc partager à trois le même parcours à trois reprise mais c'est sur notre dernière cession que je souhaite revenir, car le niveau d'eau nous as obliger à pêcher dans l'eau, sur le secteur ou nous étions, nous avions la chance de pouvoir remonter la rivière à trois dans l'eau mais il ne fallait pas non plus faire fuir les truites. Pascal et Peggy ont pris chacun un côté et moi légèrement en retrait au milieu. On s'est tout trois aperçu, que nos deux techniques ne pêcher pas de la même façon, que la lecture est différente de la mouche à l'appât naturel. Nous ne ciblons pas les même endroits et de ce fait nous ne prenons pas le poisson de l'autre. Il faut dire que la pêche en sèche était difficile et que s'ils avaient pêcher en nymphe leurs prospections auraient été surement différente. 

Je les ai souvent laisser pêcher devant, et je faisais les postes qu'ils venaient de peigné, même s'ils avaient sortit des truites, et je touchais du poisson. Non pas que mes deux amis ne sont pas des bon moucheurs mais tout simplement car les truites ne voulaient pas monter et que j'avais la possibilité d'aller les chercher sur leur poste avec ma mouche naturelle. Nous nous sommes également aperçu que sur certains postes la mouche naturelle était plus efficace que la sèche car à deux reprises j'ai touché des truites ou ils n'ont rien eu. 

Superbe truite faite sur un poste fait auparavant par Pascal 

Nous avons passer de magnifique moment ensemble et pourtant nous sommes au dire de certains totalement opposé car nous ne pratiquons pas la même pêche, mais cette expérience démontre le contraire, tout est possible quand on partage la même passion et qu'on parle le même langage. Partager une cession de pêche avec un moucheur ou un leurriste, c'est possible, il faut juste que chacun respecte la pêche de l'autre et bannir les jugements de valeur. Ce que je dis c'est encore confirmé ce week-end lors des rencontres et partages du Team en Lozère avec notre ami Jean, c'est un super moucheur qui était entouré de 19 tocqueurs et pourtant il ne s'est pas senti exclu car tout les participants ont la même conception de notre passion.

En conclusion je crois que tout est possible que chaque technique se partage et c'est en s'unissant qu'on sera peut-être plus entendu. 

Commentaires